Accueil » La Petite Histoire, Vie Quotidienne

Cléopâtre et le lait d’ânesse dans les cosmétiques

23 avril 2009 4 219 views Aucun commentaire

Le lait d’ânesse offre une teneur exceptionnelle en vitamine A, B, C et acides gras.
C’est un « tenseur » et un régénérant de la peau, qui permet de ralentir son vieillissement.
Ses effets dépuratifs et reconstituants permettent d’avoir une action bénéfique sur les affections cutanées allergiques, l’acné, le psoriasis.
Le lait d’ânesse est celui qui se rapproche le plus du lait maternelle.

C’est un lait précieux : alors qu’une vache en produit une trentaine de litres par jour, l’ânesse n’en produit qu’une demie cruche. En effet l’ânesse ne possède pas de réserve de lait dans ses mamelles, c’est uniquement le bébé qui, en tétant, déclenche la lactation. C’est pourquoi il est nécessaire de maintenir l’ânon près de sa mère pour produire le lait.

Voici une liste non exhaustive des vertus dermatologiques du lait d’ânesse sont :
- stimulation et l’irrigation de la peau : il contribue donc à soigner à de nombreux problèmes cutanés et capillaires (sécheresse, eczéma, psoriasis…)
- l’effet tenseur filmogène, effaçant temporairement les rides tampon dans le maintien du pH de la peau
- l’aide au maintien de l’organisation de la matrice extracellulaire dans le processus de vieillissement de la peau : prévention du vieillissement cutané et la protection contre le soleil
- l’augmentation du renouvellement cellulaire et de la résistance de la peau
- le pouvoir antibactérien bénéfique pour les peaux grasses à tendance acnéique
- l’aide à la reconstitution du “ciment intercellulaire
- le fort pouvoir hydratant
- la participation à la formation et à l’entretien des membranes cellulaires grâce aux acides gras insaturés
(d’après Cotte, 1991).

La petite histoire :
Les Grecs et les Romains utilisaient déjà le lait d’ânesse pour ses vertus thérapeutiques. Hippocrate s’en servait contre l’envenimement et pour la cicatrisation des plaies.
La reine d’Egypte, Cléopâtre, prenait exclusivement des bains au lait d’ânesse.
Nefertiti en était également une adepte, ainsi que, plus récemment, Diane de Poitiers !
François 1er a dit : ” Un jour d’une ânesse, le lait me rendit la santé, et je dois à cette circonstance, davantage aux ânes qu’à la Faculté “…
Au 19ème siècle apparaissaient des « vacheries asiniennes » dans Paris, et l’on faisait souvent téter les bébés directement au pis de l’ânesse pour leur apporter force et vigueur.
Aujourd’hui le lait d’ânesse revient petit à petit sur le devant de la scène, grâce à ses propriétés dermatologiques exceptionnelles que nous redécouvrons : savons et cosmétiques au lait d’ânesse sont à nouveau très prisés…
Un jour peut-être ce lait sera-t-il à nouveau apprécié pour ses propriétés diététiques ?

Les commentaires sont désactivés pour cet article.